3 expériences sociales qui ont chié sur la morale

Bon nombre d’expériences scientifiques ont été faites depuis des centaines d’années. Elles ont permis de faire de grandes découvertes qui ont permis le développement de la physique, de la technologie, l’astronomie… Elles ont également permis de mieux connaître notre environnement. Par exemple, la psychologie sociale, grâce à de nombreuses expériences scientifiques, a pu découvrir et comprendre comment fonctionnait le comportement humain dans son milieu, en interaction avec des événements et des personnes. Cependant certaines ont dépassées les limites déontologique et ont littéralement chier sur la morale. Pour certaines d’entres elles, même après le code de déontologie écris, réécris, vérifié encore et encore.

Voici 3 expériences de psychologie social qui ont dire merde à la morale: (à raconter comme anecdotes croustillantes pour se rendre intéressant… Ou pas )

  • #1 Le petit Albert: expérience de Watson (1920)

psychanalyste-phobie-adulteWatson était un psychologue chercheur qui étudiait beaucoup sur l’apprentissage et le conditionnement. Il est à l’origine des névroses expérimentales. Il voulait faire apprendre à un bébé, Albert, la peur. C’est déjà pas très gai pour un bébé. Watson commença par le familiariser avec une petite souris lorsqu’il avait 9 et 11 mois. Il s’est habitué à voir cette présence qui ne le gêné pas, il s’amusait même avec. C’est donc à ses 1 an qu’il commence à lui apprendre à avoir peur des souris.

Pour cela, à chaque fois que la souris s’approcher d’Albert, où l’inverse, et qu’ils commençaient à s’amuser ensemble, Watson tapait sur le sol avec une barre en fer de façon brutal. Vous imaginez donc le bruit résonnant, la surprise du bébé et la peur que ça lui provoquait sur le moment. Il ne lui a fallut que quelques coûts supplémentaires conte le sol pour qu’Albert, à présent, prenne peur et fuit à la seule vue d’une souris.

Le plus gros problème de cette histoire c’est qu’Albert, en grandissant, a généralisé sa peur et avait peur de TOUS les animaux à poil… tout ça a cause de l’expérience de Watson. On comprend donc pourquoi on dit qu’il est à l’origine des névroses expérimentales.

 

  • #2 L’homme qui avait grandis comme une fille: expérience de John Money (année 60’s)

symbole_hermaphrodite_de_fierte_de_genre_de_carte_postale-r2b6a87e35ab94d88aaa0b20ffe1f0786_vgbaq_8byvr_324John Money était un psychologue qui étudiait à propos des genres masculin et féminin. Il pensait que ce qui déterminait notre genre c’était l’éducation et la société. Ainsi une fille élevée comme un garçon, d’après lui, aurait eu les mêmes comportements que n’importe quelles autres garçons et n’aurait eu aucun instincts et comportements féminins.

C’est en 1966 qu’il a alors profité de deux frères jumeaux (bébés) dont l’un n’avait plus de pénis. C’était à cause d’un accident pendant une circoncision, ce dernier avait été brûlé. Il a donc demandé à la famille de l’éduquer comme si c’était une fille. Ils lui ont changé de prénom (de David à Brenda), administré des hormones féminines (œstrogène) et l’ont castré. Il voulait même lui faire une vaginoplastie qu’il a refusé.

Plus tard, en grandissant avec le mal être, Brenda avait décidé d’arrêter son traitement hormonale et c’était renommé David. Les parents ont finalement révélaient aux deux frères leur terrible secret à propos de David. Quelques années après, les deux se suicidèrent l’un après l’autre

Cette expérience a changé littéralement le cours de la vie de David, il a servit d’objet de recherche et l’ont privé de sa liberté en voulant déterminer son sexe…

 

  • #3 La prison de Stanford: expérience de Zimbargo (1971)

Prison Cell Bars

L’expérience visait à étudier le pouvoir de la situation. Il voulait prouver que dans un contexte d’autorité nos comportements ne sont plus forcément guidés par notre personnalité et nos valeurs mais par l’ampleur de la situation. Donc tyui.

L’expérience était composée de participants tous volontaires et payés pour prendre les rôles de prisonniers ou de gardiens, donné au hasard par Zimbargo. Les gardiens devaient faire régner l’ordre mais avaient aussi but de faire sentir le pouvoir et le contrôle qu’ils avaient sur les détenues. Ils leurs avaient été formulé rien de précis si ce n’est qu’il ne devait y avoir aucune violence physique. Comment dire que les gardiens n’ont pas fais leur job à moitié…

La prison était montée au sous sol du bâtiment de psychologie de l’université de Stanford. Chaque membre avait un déguisement selon leur rôle. Les « prisonniers » avaient toutes les conditions réunies pour se sentir dans l’inconfort et l’oppression: ils ne portaient pas de sous vêtement, avaient des numéros qui les désignés, des chaines à la cheville…

Les gardes pouvaient tourmenter les prisonniers en leur faisant de l’exercice forcé, récurer des toilettes à main nue, ils ne pouvaient pas prendre de douche comme ils le souhaitaient et certains étaient privés de matelas et de nourriture.

Les demandes des gardiens étaient de plus en plus dures et sadiques: nudité forcé, humiliation sexuelle, séquestration dans un placard pendant plusieurs heures… Zimbargo avait lui même perdu le contrôle de la situation et a du intervenir à certains moments.

Ce n’est pas sans séquelles qu’en sont sortis les « prisonniers » vous vous doutez. Certains sont sortis avec des troubles diverses, et dérangements émotionnelle aiguë surtout.

L’expérience n’a pas pu aller jusqu’au bout bien heureusement. Elle s’est arrêtée au bout de 6 jours seulement sur les 2 semaines!! Il en faut donc peu pour perdre ses valeurs de vue. L’expérience a pris fin grâce à 1 femme seulement sur la cinquantaine de personnes témoins.

 

Bien sur, les expériences qui ont mal tournées et les savants fous représentent une infime partie de toutes les recherches qui se font chaque année dans le monde. Il ne faut donc pas rejeter toutes les expériences de psychologie sociale qui nous ont bien aidées à changer nos mentalités. Beaucoup comprennent l’origine du problème et peuvent donc trouver des solutions. Par exemple des astuces efficaces pour mieux mémoriser et sur le long terme.  😉

Source:

-https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Money
-As Nature Made Him: The Boy Who Was Raised as a Girl, John Colapinto, Harper Collins
-https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Stanford

Donc ertyu. Ainsi donc la rfghjk… Enfin ghjk.

One thought on “3 expériences sociales qui ont chié sur la morale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *