Ma meilleure thérapie anti-complexe

Rare sont les femmes qui n’ont jamais eu de complexes. Les hommes sont également concernés. Même étant jeune ont a des complexes comme moi même j’ai eu. Et pourtant les femmes de 40 ans rêveraient de retrouver un corps d’une vingtaine d’année comme le tien. Mais toi tu n’es pas satisfaite du tien. Tu convoites celui de ta voisine, d’une amie ou bien même celui que tu avais juste après ton adolescence. C’est un cercle vicieux où personne n’est jamais satisfait de son corps et veut celui d’un autre. Tout le monde devrait oublier ses complexes. J’ai pu sortir de ce cercle et me sens à présent beaucoup mieux avec moi-même grâce à mes expériences qui m’ont servies de thérapie anti-complexe.

 

Tout d’abord, la base de la base c’est d’arrêter de se comparer aux autres. C’est un conseille qu’on relit encore et encore. J’ai essayer de le suivre tant bien que mal et il a bien portait ses fruits! Chacun est unique. Alors pourquoi convoiter quelque chose d’unique quand nous même possédons quelque chose d’unique.

De plus, je pratique du sport régulièrement ce qui me permet d’avoir une silhouette reflet de bonne santé. Pour garder ma motivation athlétique je me lance des petits challenges sportifs très efficaces. Quand je ne me sentais pas encore 100% biens dans mon corps malgré tout le sport que je pratique, je savais qu’il suffisait d’adapter mon alimentation si je voulais que mon corps respire entièrement la bonne santé. Tout le travail vient de soi pour avoir un corps et un mental sain.

Mais, ce qui m’a surtout aidée à me débarrasser de mes complexes pour de bon, c’est mon année en Thaïlande. Là-bas les critères de beauté sont l’inverse des nôtres. J’ai pu constater qu’il ne s’agissait réellement que de mœurs, de perceptions, parfois culturels. Les femmes convoitent une peau blanche et un long nez comme les occidentaux. C’était donc aux antipodes de ce dont j’enviais : un petit nez tout mignon et une peau bronzée. Donc pendant que je bronzais en bikini au soleil, elles s’habillaient avec des gilets pour couvrir leur bras des rayons par 35°C.

C’est à ce moment lorsque je discutais avec des femmes thaïlandaises que j’ai eu un déclic. Alors qu’on s’imaginait s’échanger nos caractéristiques physiques, j’ai compris a qu’elle point c’était absurde. Il ne s’agissait que de perception de beauté différentes qu’on nous inculque depuis notre naissance. La beauté est réellement subjective. Quelqu’un  dit de « banal » dans un pays peut être perçu comme l’incarnation parfaite de la beauté dans un autre pays.

C’est ainsi que je me suis décomplexée de tout mon corps. Je me suis libérée des critères de beauté qu’on nous impose en en découvrant de nouveaux en pleins cœurs! C’est pourquoi je l’appelle ma thérapie anti-complexe. En voyant la diversité on apprend à ouvrir notre regard et observer le monde avec un nouvel oeil. La perception c’est comme une nouvelle lentille de correction pour contempler les choses d’une nouvelle façon. Ainsi, la taille de mon nez avec la lentille occidental est banal mais un peu grand et avec la lentille thaïlandaise il parait comme un idéal. C’est là que vient l’incohérence et que tout naturellement on se libère l’esprit.

Pour conclure, le plus important c’est de se sentir biens dans sa tête et dans son corps en se libérant des dictâtes mais également en entretenant sa forme. Toutes les femmes et tous les hommes devraient se libérer de leur(s) complexe(s). De cette façon on se sent beaucoup plus libre et serin dans sa tête. On a beaucoup plus de confiance en soi et tout le reste de sa vie est impacté positivement.jessamynsquarespace3-1-810x555

 

 

 

 

 

 

©Jessamyn Stanley

3 thoughts on “Ma meilleure thérapie anti-complexe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *