Mon sevrage: un combat contre le sucre

Plus de 6 mois que je ne mange plus de sucre! Pourquoi j’insinue que c’est une drogue? Parfois survient une envie incontrôlable de manger quelque chose de sucré, ça vous trotte dans la tête, peut être même toute une journée, puis finalement vous céder a la tentation. Ça parait anodin mais finalement cette envie de sucre prend le dessus sur notre raison bien trop souvent. Attention, je tiens à préciser que je parle du sucre fabriqué industriellement: le sucre raffiné dans les sucreries, gâteaux etc… il ne faut surtout pas supprimer de son alimentation les glucides et les sucres naturellement contenu dans les aliments comme les fruits et légumes.

Pour vous raconter brièvement, pendant mon année seule à l’étranger je me suis fais super plaisir au niveau de la nourriture et du sucre. Je me suis gavé de gâteaux, de spécialités du pays, sucreries, boisson etc… surtout les derniers mois. Je me faisait plaisir mais j’avait quand même l’arrière pensée de changer mes habitudes alimentaires pour diverses raisons. Il aurait été difficile pour moi de les changer la bas, j’avais donc décidé, une fois rentré en France, je modifie tout! De plus, j’avais vu quelques témoignages qui m’avait inspiré. C’était donc parti: j’entamais mon combat contre le sucre, mon sevrage avait commencé!

 

  • Pourquoi arrêter de manger du sucre?

-Le sucre c’est mauvais pour la santé! On ne le répétera jamais assez. Il engendre des problèmes de poids, attaque les dents et tout un tas d’autres

-il fait parti de la liste d’ingrédients pour beaucoup trop de produits alimentaires, parfois même insoupçonnés. Or je veux choisir quand est ce que je consomme du sucre ou non. Je ne veux pas qu’on me l’impose sans le savoir. Il s’agit essentiellement des plats industriels.

-Il n’est pas nécessaire à notre alimentation

-Plus personnellement, comme je vous l’ai expliqué avant, je me suis gaver de sucre, j’en ai beaucoup profité et j’ai eu juste en ras le bol, un trop de sucre. Je saturais, j’étais donc déterminée à arrêter.

-J’avais des objectifs de musculations.

 

  • Est-ce si difficile?

-Tout d’abord, si on parle de difficulté pour arrêter:

Et bien pas vraiment, j’étais extrêmement motivée et attendais finalement ce moment avec impatience.

J’ai, aujourd’hui encore, de façon général une mauvaise appréciation du sucre, je le fuit comme la peste. Elle est expliqué par plus ou moins toutes les raisons que j’ai expliqué avant.

-des difficultés à l’éviter:

Il faut cuisiner ses plats. Je fais moi-même mes plats donc je sais se que je met dedans, j’évite au maximum les produit industrielle. Je surveille leur composition, certains cachent vicieusement du sucre dans des produits insoupçonnés. D’autres ont heureusement de bons ingrédients et me permettent de suivre mes objectif (Big-up au taboulet dont je raffole). De plus depuis que je cuisine j’apprécie énormément ma nourriture, elle me satisfait. Je ne ressent donc plus le besoin de sucrerie pour me faire plaisir.

En cuisine il y a pleins d’aliments pour le remplacer comme le miel, le sirops d’agave. Il y a même la possibilité de le changer pour du sucre complet et intégral, donc non raffiné. Il est bien plus sain et moins caloriques.

Chez mes parents, puisqu’il ne suivent pas ma façon de m’alimenter, il y a des gâteaux, forcément lorsque je rentrais chez eux j’étais tenté mais arrivais tout de même à résister. Merci la motivation et le mental d’acier. De plus l’évolution positive de mon sevrage rendait la chose de plus en plus simple.

  • Des changements? Des résultats?

Je note que des aspects positifs à ce changement:

-Je n’ai plus de sensation de faim vers 11h ou à 16h. Vous savez ces petites fringales qui viennent nous perturber au travail ou en cours, c’est un plaisir de s’en débarrasser.

-Plus d’envie de sucrerie, gâteaux etc… d’où le fait qu’il était de plus en plus facile d’y résister même quand il y en avait sous mon nez.

-J’ai retrouvé le gout des aliments: les pommes sont si délicieuses et remplies de sucre; les oranges: une explosion de sensation dans la bouche, même le fromage blanc est bon à manger nature, sans sucre ou confitures.

-J’aime le chocolat noir! C’est un fait que j’aime bien évoquer. Avant cela je n’étais pas du tout fan de ce chocolats puis quand j’ai voulus re-goûter et me suis rendus compte qu’en fait c’était excellent!

-Je me sens en meilleure forme général.

-Au niveau du physique: j’ai un ventre tout plat! Je me suis enfin débarrassée de la fameuse petite bouée persistante au bas du ventre. Je n’ai quasiment plus de gras sur le ventre se qui rend mes abdos plutôt bien visible. Enfin, je n’ai quasiment plus de cellulite. Je pense que c’est grâce à tous les aliments que j’ai remplacé dans ma cuisine même si enlever le sucre en est pour la plus grosse parti.

-Je me sens libre face au sucre, il ne domine plus mes envie façe à la nourriture et ma raison.

  • Et aujourd’hui qu’en est’il?

Voilà plus de 6 mois que j’ai arrêté. Les premiers mois j’étais intransigeante, 0 sucre raffiné, pas une tentation. Puis petit à petit pour ne pas me frustrer j’en re-consommais occasionnellement quand j’en avais envie. Ceci dit c’était plutôt rare.  Aujourd’hui c’est toujours plus ou moins la même chose. Mes “écarts”, ou cheat day, sont surtout des aliments, plats salés et gras plus que des choses sucrées, question de préférence je pense.

Cependant à présent nous sommes en pleine période de Noël, les chocolats sont partout et il s’agit bien entendu de mon nouveau péché mignon… Comment vous dire que en ce moment je remange pas mal de sucre. Je revois d’ailleurs les effets addictifs du sucre, ces petites mignonneries gustatives me reviennent en pensée et me tente beaucoup. Je me laisse facilement envoûter. Mais bon, pas de soucis, c’est qu’une fois dans l’année, je veux me faire plaisir et ne pas me restreindre. Toute fois, je suis écœurée vachement vite! Quand j’en mange un peu trop dans une journée j’aimerai faire une  cure de salade juste après haha…

Apres Noël je compte continuer mon sevrage, comme j’aime l’appeler.

Voici ma petite expérience sans sucre, je voulais vous la partager, vous mettre en garde sur le vicieux pouvoir du sucre et pourquoi pas vous inspirer comme d’autre m’on fait.

 

 

6 thoughts on “Mon sevrage: un combat contre le sucre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.