Un Mental Badasse: Devenir conscient des histoires que nous nous racontons

Il y a un mécanisme caché qui créée de la tristesse, des difficultés pour changer vos habitudes, des problèmes dans vos relations, de la frustration, de la colère ou des déceptions.

Quasiment personne n’est conscient de ce mécanisme caché, même s’il se produit tout le temps, chez tout le monde.

Ce sont les histoires que nous nous racontons.

Nous le faisons toute la journée: nous racontons à nous même des histoires sur que ce qu’il est en train de se passer dans notre vie, à propos des autres personnes ou de nous même. J’appelle ça « histoire » mais ça ne veut pas forcément dire qu’elles sont fausses, ou qu’elles ne sont pas basées sur la vérité. Ça signifie juste que nous construisons un récit basé sur nos expériences. Une perspective du monde autour de nous, une interprétation de faits tels que nous les percevons. Donc, elle ne sont pas fausses, mais ce n’est pas nécessairement l’entière vérité — juste une perspective.

Une personne différente peut très bien voir la même situation et raconter une totale autre situation.

Quelques exemples:

  1. Vous avez peut être une histoire à propos de votre patron qui vous soutien beaucoup et qui félicite vos mérites, ce qui signifie que vous faites du bon boulot et que vous aimez votre environnement de travail. Cette histoire vous rend heureux. Cependant une autre personne, dans le même environnement de travail que vous, peut raconter une tout autre histoire. Pour lui l’endroit serai désordonné, gêné par les autres personnes qui l’interrompt et qu’il est fatigué par les clients impolis et aigris.
  2. Peut être as tu déjà été dérangé par ton conjoint ou un ami parce qu’il/elle a été grossier avec toi ou parce que ton coloc n’avait pas rangé son bazar depuis plusieurs jours. Une autre personne pourrait penser et se raconter que son/sa conjoint(e) travaille dure. Qu’il/elle a fait tout son possible pour vous préparer un bon repas, et est fatigué et a besoin de réconfort.
  3. Peut être as tu déjà eu une histoire sur comment tu continues à procrastiner, à encore échouer à être discipliné ou à ne jamais réussir à garder une routine sportive. Une autre perspective serait de te dire que tu as accompli de bonnes choses malgré que tu es été distrait pendant la tache. Que tu as été passionné par les choses que tu as appris et que c’est primordiale, plus que la tache de travail que tu redoutais. De plus, tu penses que à présent tu es fatigué et tu as besoin de repos. Ensuite seulement tu vas pouvoir ré-attaquer un exercice avec vigueur.

Chacun de ses exemples ont des histoires différentes à propos d’une même situation. C’est en fait les détails à la-quelles vous prêtez attention et comment vous les interprétés qui construisent le récit.

Ce raconter des histoires à nous même est donc naturel, nous le faisons tous, tout le temps. Il n’y a rien de mauvais la dedans. Mais si nous ne sommes pas conscient des histoires que nous nous racontons, nous ne pouvons pas comprendre comment elles forment notre bonheur, nos relations, nos humeurs et beaucoup d’autres choses.

Devenir conscient de ses propres histoires

Tout au long de la journée tu te racontes des histoires à toi même à propos de ce qui se passe, de se qui ne va pas chez les autres, ce qu’ils font mal, à propos des choses bonnes ou mauvaises…

Mon défi pour toi est de commencer à repérer ce que tu te racontes sans restrictions!

Si une histoire te rend heureux et que tu en es conscient alors c’est très bien! Si tu n’en es pas conscient, ce n’est pas le plus gros problème si elles te rendent heureux. En revanche qu’en est il si une de ses histoires ne te rend pas heureux dans ta vie? Si tu n’ai pas conscient qu’une histoire peut jouer un rôle dans ta quête du bonheur alors ça te posera problème.

C’est important d’être conscient de ce que racontent nos histoire et connaître comment elles affectent ton bonheur.

Donc commence par devenir conscient de tes histoires, bonnes ou mauvaises. Remarques les tout au long de ta journée.

Remarques lorsque tu es coincé dans une histoire, qu’elle tourne encore et encore dans ta tête. Elle te frustre et te rend malheureux avec la personne.

Quand tu commences à t’accrocher à une histoire comme celle-ci c’est difficile de s’en détacher. Cependant, devenir conscient d’être accroché à l’une d’elle est l’étape la plus importante!

Qu’est ce que nous pouvons faire?

Donc, que pouvons nous faire si nous sommes accrochés à une histoire? Ça peut être très dure de sortir de ce piège. Je le sais, car cela m’arrive tout le temps – je décèle les histoires que je me raconte, mais elle semble si solide et réel que je ne peux pas la laisser s’en aller.

La première chose que tu peux faire c’est la prendre comme si c’était un rêve. Ça ne veut pas dire qu’elle est fausse, ça signifie juste qu’elle n’est pas si solide. C’est quelque chose avec laquelle tu joues dans ta tête, comme un rêve, avec de réels résultats émotionnels. Regardes là comme un rêve, non solide, et vois si tu peux partir de ton rêves pour revenir à la réalité physique du monde tout autour de toi. Quelle sensation est apparut maintenant, par opposition à ce rêve?

La chose suivante que tu peux faire est de ne pas agir dans cette histoire. Même si elle t’a rattrapé, ça ne veut pas dire que tu dois te déchaîner ou t’enfuir dans la distraction ou le confort. Assieds-toi juste sur cette histoire, regardes là pour ce qu’elle est, remarques comment ça te fais sentir. Constates la sensation physique dans ton corps. Constates qu’elle te rattrape mais que tu ne réagit pas à celle-ci, reste juste avec ta prise de conscience.

Il y a une autre manière de réagir: quand tu ne t’accroches pas à une histoire mais qu’elle te tombe dessus. Soit conscient de ce moment, prends le pour ce qu’il est, sans interprétations, jugements ou préconceptions. L’histoire continuera quand même à venir à toi mais tu peux les remarquer sans être rattrapé. Ou même si elle a finis par te capturer, remarques le et ne la tient pas si fermement. Reviens au moment présent.

Cependant, ceci est une compétence assez avancée. La plupart d’entre nous ne peuvent pas rester dans cette état de conscience pour très longtemps. Pour le moment, restez concentré sur vos prises de conscience de vos histoires, regardez les comme si c’était des rêve et ne réagissez pas à elle, aussi normalement que cela peut l’être.

Avec la pratique vous serez de moins en moins rattrapés par tout se qui vous cause du malêtre ou de la frustration. Vous serez également plus présent dans le moment présent.

________________________________________________________________________________

article par Leo BARAUTA du populaire blog anglais Zenhabits.

Ses articles sont libres de droits, j’ai décidé de les republier sur mon blog. D’une part j’apprécie beaucoup ses articles, qui sont de précieux conseils. D’une autre part j’aimerai vous en faire profiter et que ça soit accessible au plus grand nombre. Je traduis moi-même ses articles, ce que j’aime beaucoup faire. Cela me permet en plus de m’entraîner. D’une pierre deux coups 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *